Skip to content

Séminaire d’anthropologie américaniste (SAA) – séances février – mars

by sur 07/02/2012

Le Séminaire d’Anthropologie Américaniste est organisé par
. le Centre EREA du LESC – centre Enseignement et recherche en ethnologie amérindienne du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR7186)
. le Laboratoire d’anthropologie sociale (UMR7130)
. le CERMA – Mondes américains : sociétés, circulations, pouvoirs, xv-xxie siècles  (MACIPO, UMR8168)

Institut des Amériques, 175 rue du Chevaleret ou 6 rue Clisson – 75013 Paris

 

—————————————————————————————————————–

Vendredi  10 février  2012 de 11h à 13h (8e étage, Salon des Amériques)

Fabiana MAIZZA –  docteur en anthropologie de l’Université de São Paulo (usp).

Entre l’idéal et la pratique : note sur les mariages jarawara

L’exposé se propose d’examiner en détail la manière dont les Jarawara – établis sur le moyen Purus (état d’Amazonas, Brésil) et appartenant à la famille linguistique arawá – utilisent et manipulent leur système de parenté, en soi typiquement amazonien. Dans cette société cognatique et endogame, le système dravidien ne résulte pas en un réseau symétriquement divisé sur un mode diamétral. Alors que dans le modèle canonique les différents parcours qui lient Ego à Alter sont cohérents entre eux, ce n’est pas le cas ici, où quelques « mariages incorrects » ont produit une « torsion » du réseau. On se penchera donc plus précisément sur ce que les Jarawara appellent des « mariages incorrects », à savoir ceux qui se nouent entre parents parallèles ou appartenant à des générations différentes. Ces mariages s’inscrivent cependant dans un réseau dont la nature même offre aux conjoints les moyens d’une argumentation visant à « légitimer » leur union. Nous verrons ainsi comment et pourquoi, chez les Jarawara, tous les mariages, même « irréguliers », sont corrects du point de vue des époux, et si ceux-ci parviennent ou non à imposer leur point de vue, et à qui.

Vendredi  17 février 2012 – de 11h à 13h (8e étage, Salon des Amériques)

Klaus HAMBERGER – Maître de conférences à l’ehess, Laboratoire d’anthropologie sociale

Le modèle topologique des sociétés amazoniennes

L’exposé se propose d’esquisser, à travers une analyse comparative de l’organisation sociale et spatiale au Brésil central, en Amazonie du Nord-Ouest et en Guyane, un modèle topologique commun aux sociétés amazoniennes. Ce modèle, à la fois androcentré et allocentré, repose sur l’identification du centre avec l’extérieur : le centre de l’espace social se définit autant par l’absence des femmes que par la présence des Autres (affins, rivaux, visiteurs, ennemis, etc.). L’espace social est ainsi structuré par l’interaction entre deux axes d’opposition – hommes/femmes et nous/autres – dont chacun peut adopter, selon les cas, une forme diamétrale ou concentrique.

Cette topologie est la plus manifeste lorsqu’un dualisme concentrique des sexes se combine avec un dualisme diamétral entre affins ou co-affins, comme dans les villages du Brésil central. Toutefois, elle reste intacte lorsque le dualisme entre les sexes devient diamétral (en même temps que la distance entre affins augmente), comme en Amazonie du Nord-Ouest, ou lorsque celui entre affins devient concentrique (en même temps que la distance entre les sexes se réduit), comme en Guyane.

Pour comprendre la logique sous-jacente à ce modèle topologique, nous envisagerons l’espace masculin sous trois aspects : en tant que résidence des célibataires, en tant que lieu d’accueil des non-humains, et en tant que lieu de passage initiatique. Au terme de ces analyses, nous tenterons de montrer que la position centrale des hommes correspond à une fonction de médiation entre les femmes et les Autres.

Vendredi  9 mars 2012 de 11h à 13h (8e étage, Salon des Amériques)

Céline VALADEAU – ater à l’université Bordeaux II, associée au Centre erea du lesc

Des plantes et des entités étiologiques : les articulations logiques de la pensée diagnostique chez les Yanesha (piémont amazonien du Pérou)

Chez les Yanesha, la personne se construit en partie grâce à l’administration répétée de plantes « de soin », pare’shemats. En partant de la perception yanesha du vivant, des espèces végétales et des entités étiologiques, il s’agira de comprendre comment s’organise une partie de leur système nosologique. L’organisation de l’univers végétal – en particulier celui de ces plantes de soin, qui apparaissent « humanisantes » – sera d’abord examiné au travers des mythes et d’une étude du système nomenclatural, mettant en évidence un mode de catégorisation signifiant. Celui-ci sera alors mis en perspective avec les différentes maladies induites par les entités étiologiques, les activités thérapeutiques des plantes et les modes de préparation des remèdes. Nous verrons comment il est dès lors possible de concevoir des schémas de catégorisation transversaux qui permettent de comprendre les logiques du discours diagnostique, dont nous analyserons certains exemples.

 

Vendredi  23 mars 2012 de 11h à 13h (8e étage, Salon des Amériques)

Ernst HALBMAYER – professeur à la Philipps-Universität de Marburg et directeur du département d’anthropologie sociale

Lutter contre les guêpes chez les Yupka : du cycle de vie au « fracassement » de l’année

Si les applications de fourmis et de guêpes jouent un rôle central dans les sociétés caribes, on observe toutefois des différences significatives entre ces pratiques selon que l’on se trouve chez les Caribes des Guyanes, chez ceux du Haut Xingu ou chez les Yupka du nord-ouest du Venezuela. En partant de ces logiques différentes, on présentera les usages que les Yupka font des guêpes et la place qu’elles occupent dans leur mythologie. Il ne s’agit en effet pas tant ici d’accroître le pouvoir individuel ou l’énergie vitale de l’initié, ni d’assurer au chasseur l’accès au monde des animaux. C’est plutôt en relation avec la naissance, la mort et les moments de transition entre les saisons que les guêpes détiennent un rôle primordial.

SAA calendrier des  séances suivantes, les vendredis :  

6 avril  – de 11h à 13h  – Salon des Amériques

13 avril – de 11h à 13h  – Salon des Amériques

11 mai – de 11h à 13h  – Salon des Amériques (attention, changement de date)

25 mai – de 11h à 13h  – Salon des Amériques

8 juin – de 11h à 13h  – Salon des Amériques

22 juin – de 11h à 13h  – Salon des Amériques

 

Publicités

From → Archives

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :