Skip to content

La protection des droits des peuples autochtones d’Afrique (info GITPA)

by sur 28/05/2013

 Si cette lettre s’ouvre mal cliquez ici

Au cours de la réunion de l’Instance Permanente sur les Questions Autochtones qui vient de se tenir à New York.

L’ONU a salué le renforcement de la protection des droits des peuples autochtones d’Afrique


Population autochtone en République du Congo. Photo FNUAP

23 mai 2013 – Le responsable des questions liées aux peuples autochtones et tribaux de l’Organisation internationale du travail (OIT), Albert Kwokwo Barume, a souligné les mesures prises par les pays d’Afrique pour renforcer la protection de ces peuples sur le continent, tout en indiquant qu’il fallait continuer d’apprendre des erreurs du passé et de celles commises dans d’autres régions du monde.
Les peuples autochtones d’Afrique comptent environ 50 millions de personnes. « L’Afrique a renforcé et consolidé le cadre légal protégeant les peuples autochtones », a déclaré M. Barume devant les représentants de ces peuples réunis en ce moment à New York pour les travaux de la douzième session de l’Instance permanente des peuples autochtones des Nations Unies.

En 2011, la République du Congo est devenue le premier pays d’Afrique à adopter une loi spécifique visant à la promotion et la protection des droits des populations autochtones, alors qu’en 2010, la République centrafricaine fut le premier pays africain à ratifier la Convention 169 de l’OIT, qui concerne tout spécialement les droits des peuples autochtones et tribaux.

La Constitution du Kenya reconnaît historiquement les groupes marginalisés, notamment les populations autochtones, tandis que la Constitution du Cameroun en fait également mention.

Le Burundi, quant à lui, prévoit dans sa loi suprême une représentation particulière des autochtones Batwa à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Le sort des autochtones d’Afrique est au cœur des discussions de la douzième session de l’Instance permanente. La plupart d’entre eux sont des pasteurs et des chasseurs-cueilleurs, nomades et semi-nomades, confrontés à de multiples difficultés, dont la spoliation de leurs terres, l’accaparement des ressources, l’assimilation forcée au mode de vie des groupes dominants, la marginalisation, la pauvreté ou bien encore l’analphabétisme.

Source : Centre d’actualité des Nations unies

Lire sur le site du GITPA: 
 Informations sur les peuples autochtones d’Afrique
 Informations sur la Groupe de travail sur les peuples autochtones de la Commission des droits de l’homme de l’Union Africaine

Publicités

From → Archives

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :